• Sortir de la crise, ici et maintenant

    Malgré l’augmentation du chaos, je suis convaincue que la manifestation de notre « victoire » est juste une question de temps. Mais cela ne nous dispense pas d’être pro-actif(ve)s dans notre victoire sur la morosité ambiante!

    Selon les différents médias, notamment sur les réseaux sociaux, l’urgence est de « se réveiller » pour sortir de la crise. Même la communauté du « Bien-Etre » (dont je fais partie) s’y met à grand renfort de méditation et canalisations de guides. Dans notre quotidien, « se réveiller » veut dire sortir du sommeil et devenir disponible à notre environnement. Que ce soit en matière d’interaction sociale, ou d’événements physiques, cela implique d’être en mesure d’y porter notre attention. Et par conséquent, cela implique d’être disponible aux stimuli externes.

    Certain(e)s disent que la journée commence uniquement après leur café. Non pas qu’ils/elles ne soient débout et physiquement opérationnel(le)s avant, mais l’esprit n’y est pas. Beaucoup parlent « d’être au radar », sans les « yeux en face des trous ». Ils/elles seraient bloqué(e)s dans un fonctionnement routinier qui ne nécessite pas d’investissement pour réfléchir et prendre des décisions.

    D’un autre coté, les médias, qu’ils soient à la TV ou sur le net, occupent une place centrale dans l’élaboration du scénario mondial actuel. La manipulation est palpable, d’un coté comme de l’autre. Les polarités sont exacerbées à l’extrême. Apparemment, depuis Juin 2020, internet aurait détrôné la TV dans les moyens privilégiés des français pour s’informer. Et internet est largement accessible au grand public maintenant. Pourtant, dès Janvier 2020, une grande majorité ne faisaient plus confiance aux médias quels qu’ils soient.

    Alors, si malgré les informations disponibles, de moins en moins de gens font confiance aux médias, pourquoi sommes-nous encore enfermé(e)s dans cette crise « sanitaire » qui n’en finit plus? Quelle autre raison pourrait-il y avoir à cela? Et surtout, comment faire pour en sortir? Cette semaine, je voudrais explorer ce que veut dire « se réveiller ». En quoi cela pourrait nous permettre de sortir de l’impasse dans laquelle nous stagnons depuis des mois? Que dis-je! des années…

    Les affres de la sur-information

    Qui n’est pas submergé(e) de newsletter et autres mails de promotion à longueur de journée dans sa boite mail? Nous sommes à présent dans l’ère de la sur-information. Les anglais parlent « d’infobésité« , ou surcharge informationnelle. A tel point qu’une activité du matin, lorsque nous sommes encore « au radar », est de faire le tri dans les sollicitations du jour. Et ce avant-même de nous introspecter, de nous demander comment nous allons!

    Nous luttons, dès le lever du jour, pour écarter les informations, certes intéressantes (car nous choisissons de nous abonner aux newsletters la plupart du temps) mais aussi envahissantes. Le but étant de faire place à ce qui nous concerne vraiment ici et maintenant. Force est de constater qu’à cette heure-là, nous estimons peut-être que seul un bon café peut sauver notre vie!

    A présent nous ne luttons plus pour accéder à de l’information, mais pour obtenir de l’information pertinente dans l’instant. Une information qui ne sollicite pas exagérément nos ressources, mais qui nous nourrit là où nous sommes, tel(le)s que nous sommes. C’est ce à quoi nous aspirons et de préférence sans effort! Car qui voudrait passer des heures à déblayer la tonne d’informations inutiles pour en extraire la substantifique moelle?

    Les effets du chaos sur notre « boussole interne »

    Après ce constat, quelles solutions nous reste-t-il? Jeter nos smartphones? Déménager dans une grotte? Nous désabonner de toutes nos newsletters? Un peu extrême comme solutions, non? L’article en lien permet de mieux comprendre les mécanismes ainsi que les solutions pour retrouver calme et sérénité. Car c’est seulement à ce prix que nos esprits et nos corps pourront se mobiliser pour nos « vrais » objectifs.

    L’autre effet, et de loin le plus grave, est qu’une fois le contact perdu avec notre boussole interne, la plasticité de nos connexions neuronales peut engendrer une diminution importante de notre conscience. En effet, si nous n’avons plus besoin de nous nourrir par nous-mêmes, à quoi bon acquérir et développer ce savoir-faire? A l’extrême, à quoi bon le souhaiter, le vouloir? Autant attendre la prochaine becquée, à la fraise ou au citron, puisqu’à entendre nos médias, seuls 2 positionnements sont possibles: avec ou sans masque! Cela laisse peut de place pour la nuance, et pire encore, à la conscience et la responsabilité propre à chacun.

    Maintenir un cerveau 100% occupé, ou bridé, sont autant de façons de maintenir une pression sur la personne, donc de la garder sous contrôle. Nos dirigeants l’ont bien compris et démontré pendant cette « pandémie ». Ceci dit, à défaut de pouvoir changer instantanément les dirigeants de ce Monde, nous pouvons peut-être commencer par nous-mêmes. Cette vidéo montre des gestes simples pour retrouver progressivement notre plein potentiel.

    Reprendre les rennes de nos vies : le vrai combat

    Se remettre en mouvement de manière volontaire est le premier pas vers le mieux être. Cela passe par la reconnexion à notre corps, nos fondamentaux. Pourquoi? Parce que même si nous n’utilisons plus, ou très partiellement notre boussole interne, notre corps, lui, continue d’en prendre soin. Nos cellules nous soutiennent, y compris quand nous les ignorons. Elles peuvent même nous mettre à terre lorsque le non-sens a atteint son paroxysme depuis trop longtemps.

    Regardons simplement la consommation d’antidouleurs ou d’anxiolytiques dans notre beau pays. Regardons également l’explosion des taux de dépressions sévères, voire de suicides depuis le début de cette crise. La plasticité des connexions neuronales permet une adaptation aux événements extérieurs mais parfois les connexions visant à la survie peuvent se prolonger si nous n’y prenons pas garde et nous maintenir dans des comportements inadaptés qui peuvent ensuite devenir de nouvelles habitudes. Parfois ces changements sont pour le mieux. D’autres fois, ils établissent des habitudes, de nouvelles croyances limitantes.

    Le retour à la conscience de soi, au même titre que le mouvement joue un rôle fondamental, non seulement dans le retour à la vie, mais également la sortie de cette crise. Chacun a son propre rôle à jouer là-dedans. Ce n’est pas quelque chose que l’Univers peut prendre en charge en lieu et place de chacun(e). Notre libre-arbitre est sacré et même si nous pouvons être épaulés parfois, la décision de nous remettre dans la Vie au meilleur sens du terme dépend de nous, et nous seul(e)s!

    La Résilience, la Lumière et la Joie : nos armes pour (re)-trouver notre liberté

    Il est fondamental de rappeler la responsabilité de chacun dans ce registre. Même si nos médias nous ballottent quant à l’issu de cette crise, c’est bien notre DÉCISION personnelle et notre CAPACITÉ A PRENDRE SOIN DE NOTRE PROPRE LUMIÈRE qui détermine dans quel délai nous redressons la barre. Par conséquent, plutôt qu’attendre patiemment que l’Univers ou nos dirigeants veuillent bien nous « sortir le cul des ronces » (expression de ma campagne natale), pourquoi ne pas commencer par nous-mêmes dès maintenant?

    Du coup, la question d’après est « Ok, mais comment? ». Une fois en mouvement et reconnecté(e)s à nous-mêmes, il y a finalement une seule chose à faire. C’est le choix qui nous rend le/la plus heureux(se) partout et tout le temps. En clair, sortir de cette crise personnelle et/ou sociétale requiert l’activation de la même ressource dans les 2 cas. C’est retrouver le chemin de nous-mêmes et œuvrer exclusivement pour notre bonheur, notre joie, notre liberté d’être.

    Comme par hasard, c’est précisément ce que l’Univers nous propose! Et aussi, depuis peu, ce sur quoi il nous assiste. Nous sommes à présent poussés à œuvrer pour nous débarrasser de tout ce qui n’a plus de sens pour nous. De tout ce qui nous contraint depuis bien trop longtemps maintenant. Nous sommes incité(e)s à nous choisir d’abord. Pourquoi? Parce que c’est uniquement quand NOUS sommes bien avec nous-mêmes que nous pouvons être bien avec LES AUTRES!

    Rallumer notre lanterne

    Mieux encore, notre liberté d’être, notre joie, sont les virus les plus contagieux qui soient dans cet Univers. A chaque fois que nous DÉCIDONS en conscience de nous nourrir plutôt que nous appauvrir, nous agrandissons les égrégores de Joie, de Paix, de Liberté d’Etre. C’est toujours çà que les égrégores de la Peur, la Haine, du Jugement n’auront pas. Dès que nous rallumons notre lanterne, nous éclairons instantanément celle des autres ce qui les encourage à en faire de-même. Et si nous considérons notre lanterne déjà allumée, alors poussons l’intensité à fond! Il n’y aura pas de meilleur moment pour le faire. C’est précisément au cœur du chaos que les lumières incandescentes sont les plus utiles!

    Ce qui ne me tue pas me rend plus fort

    Frederick Nietzsche

    Tu l’auras compris, c’est la Lumière que nous mettrons sur cette crise mondiale majeure qui nous permettra d’en sortir. Ainsi nous en sortirons non seulement en vie, et en bonne santé mais également grandi(e)s et renforcé(e)s! Il ne s’agit plus à présent de défendre telle ou telle cause car cela nourrit le jeu de polarisation actuellement en cours dans les médias. Il s’agit de privilégier notre cause avant tout. Choisir notre bonheur, notre joie de vivre en premier c’est l’acte le plus militant, le plus efficient et le plus lumineux qui puisse être posé en ce moment. Alors, que penses-tu de sortir de cette crise MAINTENANT?

  • L’art de décrypter le « Jeu de la Vie »!

    Développer notre résilience c’est aussi apprendre à regarder les événements de la vie au delà de ce que nos yeux nous montrent…A la lumière des symboles et des synchronicités. Une invitation à changer de lunettes!

    Et de çà, il y en a des tonnes qui nous passent sous les yeux tous les jours! Ne serait-ce que les logos de nos marques préférées, qui utilisent parfois des symboliques bien particulières pour éveiller en nous des émotions profondément enfouies. Car il est maintenant de plus en plus clair que ce sont nos émotions qui nous incitent le plus à sortir notre portefeuille de sa cachette!

    Aussi les symboles sont les moyens utilisés par les initiés pour afficher leurs vérités au grand jour, sans éveiller les soupçons d’un public qui ne serait pas prêt à découvrir leur « pot-aux-roses ».

    Etant encore débutante dans le registre de la connaissance hermétique et du décryptage des symboles, j’ai décidé de faire appel à un passionné qui pratique cet art depuis plus de 10 ans. J’ai nommé Greg Neau. Souhaitons-lui la bienvenue! Pour celles/ceux qui s’intéressent au sujet de la symbolique mais aussi de l’histoire de l’Humanité, il est possible de rejoindre un des groupes dont il s’occupe sur Facebook en cliquant ICI.

    Voyons, à présent, comment nos expériences et grilles de lecture respectives, peuvent mettre en lumière certains moyens employés par notre guidance, notre intuition pour communiquer avec nous.

    Prendre conscience des défis qui viennent à notre rencontre

    Dernièrement, je me suis questionnée sur le thème de la loyauté . Pour la faire courte, il me semble que nous sommes parfois loyaux à des choses qui nous enferment plus qu’autre chose. Le besoin de sécurité, satisfait par un excès de loyauté et de cadre, peut être un frein significatif à l’expression de soi, avec le temps. En d’autre terme, cela pourrait être ce que j’appelle une habitude devenue « contreproductive ».

    Hier, après avoir écrit ces quelques lignes, j’ai soudain eu envie de regarder un film. Je vais donc sur mon site de streaming préféré et commence à scruter le catalogue. Mes yeux se posent alors immédiatement sur la fiche du dessin animé « Mulan » (un de mes préférés) et quelques affiches plus loin, je vois que Disney en a fait un film que je décide de regarder immédiatement. Je rappelle s’il était encore besoin que, comme par hasard, la loyauté est le thème central de cette fiction.

    Les messages dans les films, les vidéos…

    Lorsqu’on est face à une synchronicité comme celle-ci, il est important de se brancher sur nous-mêmes afin d’être à l’écoute de tout ce qui nous saute aux yeux, aux oreilles ou à notre ressenti physique. Hier, j’ai eu droit à tout cela. C’est dire si le sujet est d’actualité! En résumé, le film fait référence au fait de brider volontairement son énergie pour entrer dans le cadre sociétal. A moultes reprises, on y voit un phœnix (présenté comme le symbole des ancêtres) qui veille sur l’héroïne.

    Je souris en écrivant ces lignes car des phœnix sous une multitude de formes, j’en ai croisé un certain nombre dans le mois qui vient de s’écouler. Comme une incitation permanente à renaître de mes cendres. Je n’y ai évidemment pas prêté attention, mais je comprends aujourd’hui pourquoi tous ces symboles m’ont été envoyés. La conclusion du film dépeint l’héroïne, comme « LOYALE, COURAGEUSE & VRAIE »…

    Avouons que le choix des mots est quand même très à propos par rapport à la thématique! Au passage, je serais tentée de dire que le « Courage » est ce qu’il faut en quantité lorsqu’on est « Loyal(e) » à autre chose que nous-mêmes…Par conséquent, la voie du milieu, chère à mon cœur en ce moment, résiderait plutôt dans le mot « Vraie ».

    Autre coïncidence: une fois le film terminé, je reviens sur ma vue catalogue et là 4 affiches plus loin, le titre d’un autre film me saute aux yeux : LOYALTY ISN’T EVERYTHING (L.I.E). Pas besoin de regarder le film pour comprendre l’épilogue de cette histoire! Et le vrai message n’est pas à propos de la LOYAUTE mais du mensonge que nous pouvons nous raconter pour continuer à ne pas ETRE nous-même (L.I.E = mensonge en anglais).

    Les nombres, une grille de lecture qui peut mener très loin (avec Greg)!

    Récemment j’ai vu en travaillant sur mon secteur 3 plaques d immatriculations 666 sur 5 km/2. Immédiatement, je me suis dis « je vais avoir des problèmes prochainement ». En effet, la semaine suivante, j’ai appris mon licenciement, du fait de la baisse d’activité liée aux dispositions de lutte contre la propagation du Coronavirus!

    Le mot « Corona » additionné avec notre alphabet, donne un résultat de 66. Par ailleurs, il comporte 6 lettres. Ce qui donne le symbole fort de 666! Néanmoins, contrairement à la croyance populaire, ce chiffre tant redouté n’est pas la marque du diable, mais une référence au Roi Salomon. Le nombre du Diable se trouve bien dans la tranche 600 mais je vous laisse le découvrir par vous-mêmes! Pour donner un peu plus de contexte, le roi Salomon est, en fait, l’inventeur des impôts. L’histoire raconte qu’après avoir récolté et redistribué les impôts, il serait resté à Salomon 666 onces d’or.

    Continuons à tirer ce fil! Car le décryptage des symboles est sans fin! On ne peut parler du Roi Salomon sans parler de l’Apôtre Jean. Dans son Apocalypse, Jean décrit une vision mettant en scène 2 bêtes, ou 2 faux prophètes, l’un diffusant de l’information (les médias) et l’autre – une bête à 7 têtes – faisant référence à la monnaie, à l’or en particulier (comme par hasard, il existe 7 billets de dollars avec 7 têtes de personnages différents dessus). En clair, dans sa vision, Jean nous préviendrait que l’humanité sera détruite par ces 2 bêtes : les médias et l’argent!

    Tu peux cliquer ICI, si tu le souhaites, pour connaitre la suite de ce décryptage passionnant!

    En résumer…

    L’Univers utilise tous les moyens à sa disposition pour communiquer avec nous. Cerise sur le gâteau : il choisit toujours les supports qui nous parlent le plus. Pour moi ce sont les films, les symboles. Pour Greg, ce sont les nombres et les symboles en lien avec l’Histoire de l’Humanité.

    Le Dictionnaire des Symboles est un bon support pour commencer dans ce registre. J’y ajouterai le livre de M.C POINSOT, « La magie des nombres », pour les bases dans le décryptage des nombres, notamment en lien avec le Tarot de Marseille.

    Evidemment, si tu ne connais pas ta grille de lecture favorite, tu peux tout simplement utiliser l’ORACLE DE MA VIE et tes mots, tes symboles personnels pour commencer. Les guides savent très comment les utiliser, je peux en témoigner. Au contraire, si tu connais ta grille de lecture, alors sens toi libre d’adapter ce petit Jeu à ta sensibilité. L’idée est d’ouvrir une ligne de communication efficiente entre notre guidance, notre intuition et nous-mêmes.

  • Contacter la lumière en Soi

    Copyright – P. de Wavrechin

    Plusieurs questions concernant l’interprétation ou la mise en oeuvre concrète du message des guides ont émergé récemment. Aussi, j’ai décidé de partager un nouveau « jeu/outil » d’introspection pour nous aider à trouver le chemin de cette Lumière qui vient à notre rencontre.

    Les guides spirituels ne sont pas forcément à l’extérieur de nous, comme nous pourrions le croire parfois. Ils font partie de l’Univers et à ce titre ils font partie de nous. Ils résident dans la structure même de nos cellules. Et lorsqu’ils annoncent qu’ils viennent à notre rencontre, nous pouvons nous imaginer les voir débarquer avec leur valises. Ou simplement intégrer le fait que notre mémoire cellulaire a été (ré)-activée pour contacter cette part de nous qui brille.

    Quelle que soit notre choix, la Lumière, les guides se sont rendus plus accessibles pour nos sens, nos perceptions encore inexpérimentées. Alors, partant de ce constat, la prochaine question légitime est « comment puis-je faire pour contacter cette Lumière en moi ou autour de moi? » En effet, en ces temps de troubles, il est plus que jamais important de mettre concrètement en oeuvre ce qui nous aide, nous donne de l’espoir, nous rassure et nous motive à trouver nos propres solutions. D’ailleurs, c’est la meilleure manière d’œuvrer pour se sortir de cette impasse!

    L’ORACLE DE MA VIE (passée, présente & future) , une aide précieuse!

    Cette question fondamentale, je me la suis posée avant de l’évoquer ici. D’ailleurs, c’était l’une de mes questions les plus récurrentes pendant le récent confinement. Comment trouver la force de dépasser ma peur de l’enfermement? Développer l’énergie d’accueillir calmement la peur des autres. Retrouver de l’espoir pour moi-même et pour ce Monde dans un contexte chaotique qui semblait vouloir s’installer définitivement. Telles étaient mes questionnements. Et beaucoup d’autres encore…fidèle à moi-même et à mon cerveau hyper-actif.

    Il y a eu l’ennui aussi. Des tonnes et des tonnes d’ennui pendant cette période. Pour quelqu’un qui a l’habitude d’être toujours en mouvement, cet arrêt brutal et forcé a été un challenge, et pas des moindres! Peut-être trouveras-tu une résonance particulière avec cela…? Bref, l’espace temps ouvert par ce confinement a été bénéfique. J’ai écris il y a quelques mois, que nous verrions les bénéfices de tout cela une fois l’émotion passée. Une fois encore, la vie ne nous a pas déçu(e)s car je suis loin d’être la seule à en faire l’expérience!

    Ainsi, au plus fort de mon ennui, j’ai vu émerger l’idée de nommer tout simplement ce qui me traverse, de le mettre en lien avec mes ressources personnelles…Et de manière ludique tant qu’à faire! Ensuite, j’ai mis à contribution mes compétences en conception produit et kinésiologie pour créer ce Jeu, cet Oracle. Il est simple, à construire soi-même. Il permet de trouver l’inspiration pour traverser les épreuves de la vie, tout en allégeant petit à petit notre sac à dos. Et comme j’ai de l’humour, j’ai choisi d’utiliser des petits cailloux!

    Disons que symboliquement, chaque petit cailloux extrait de notre sac à dos est immédiatement recyclé pour nous aider à en libérer un autre!

    Toutes les réponses sont en nous!

    Tout comme notre corps avec l’homéostasie, nous avons tout en nous pour dépasser nos blocages émotionnels et nos frustrations passagères. Tu l’auras compris, ce jeu « ultra-personnalisé » est un nouveau moyen de contacter toute notre richesse intérieure. Il se base sur 4 principes simples:

    • Le hasard n’existe pas. Même la science le dit à présent!
    • Nous avons déjà les ressources en nous pour solutionner nos questionnements au quotidien
    • La Résilience consciente est la clé pour dépasser nos challenges
    • S’amuser est un super moyen d’ancrer les informations importantes qu’il nous faut pour avancer!

    Le jeu de l’ORACLE DE MA VIE (passée, présente & future), que j’ai créé pendant le confinement, est le fruit de tous ces principes qui me sont chers! Et aujourd’hui, j’ai décidé d’en faire cadeau à l’humanité. Je suis convaincue qu’un « outil » tel que celui-ci peut nous aider à nous (re)-connecter à nous-mêmes pour y trouver du mieux-être.

    D’ailleurs, ce jeu peut également s’utiliser en famille. Il permet d’ouvrir, en jouant, des conversations avec les enfants notamment et les accompagner plus sereinement dans difficultés de vie.

    Mon souhait est de faire vivre cet Oracle avec l’aide de la communauté des utilisateurs. L’idée est de l’enrichir et de le promouvoir à la force de notre envie de renouer du lien les uns avec les autres. Plusieurs points de contact sont à disposition sur les principaux réseaux sociaux. Ils permettront de témoigner de ce que ce « jeu/outil » a fait pour toi et même partager tes exemples de réalisations.

    Un moyen pour les guides spirituels de se faire entendre

    Du coup, l’Oracle est aussi un moyen très simple de communiquer avec son guide. En effet, par le biais des mots de ta vie et à la faveur des 4 principes énoncés plus haut, tu peux ouvrir une véritable ligne de communication avec ton guide. Ainsi, il peut communiquer plus facilement avec toi et mieux te soutenir dans ce que tu vis.

    Je n’annonce pas cette chose à la légère! J’ai moi-même testé ce « Jeu/Outil » et je l’ai aussi partagé avec d’autres personnes « novices » dans ce registre. Toutes ont témoigné de son bénéfice immédiat : se retrouver avec soi-même et comprendre ce qui nous traverse ICI et MAINTENANT.

    Hier encore, j’ai eu une nouvelle fois la preuve que l’Univers sait communiquer à travers tous les supports qui nous parlent. A fortiori lorsqu’ils sont « branchés » sur notre propre vécu, notre propre référentiel et compréhension de la vie.

    Alors à toi de voir si çà te parle! Cet outil ne nécessite pas de gros investissement matériel. La moitié du matériel requis peut être trouvé gratuitement ou recyclé et il est très simple à mettre en oeuvre. Les personnes qui l’ont adopté en sont très vite devenues des ambassadrices. Par conséquent, voici l’opportunité de tester dès maintenant, un jeu simple et pas cher, mais qui peut rapporter gros en mieux-être!

    Quelques liens utiles…

    Voici les liens à cliquer pour :

    Alors, si tu le souhaites, tu peux aussi t’abonner à ma Newsletter globale (sur la page de ce Blog), pour êtres informé(e) des prochaines publications (tutoriels, vidéos d’accompagnement, conférences en ligne etc…).

  • [Message] Nous vous aimons

    Il y a eu par le passé des messages divers et variés qui ont été diffusés sur ce blog et qui étaient tous vrais. Nous le disons, les Êtres qui communiquent via ce blog sont tous bien intentionnés car l’Etre qui les canalise a ce qu’il faut comme connexion pour être sur une ligne de temps suffisamment éclairée pour être crédible.

    Nous te disons à toi, qui lis ces lignes, que les choses vont énormément changer dans les semaine et mois qui viennent. Il y aura de belles choses qui vont se produire, comme des moins bonnes. Les deux événements sont complémentaires dans le sens où l’ombre et la lumière, aussi séparés soient-ils dans vos esprits, sont bien plus liés qu’il n’y parait. Nous pourrions dire que l’un ne va pas sans l’autre. Nous savons qu’il est difficile de se faire à cette idée, tant la dualité est forte ici-bas. Nous savons également que les propos qui vous semblent choquants sont pourtant ceux qui sont le plus susceptibles de vous faire évoluer vers du meilleur pour vous-mêmes.

    Nous sommes ceux qui vous guidons depuis votre enfance pour certains et, pour d’autres, depuis peu. Car vous êtes maintenant tous connecté(e)s à nous, les « Guides Spirituels », comme vous nous appelez. Et c’est de cela que nous sommes venus vous parler aujourd’hui.

    Il y a des choses qui sont en train de se préparer, chez nous, afin de vous rejoindre dans les plans de matière que vous traversez parfois par le biais de vos intuitions. Nous sommes en train de nous arranger et de nous organiser pour nous transporter dans ces plans afin que chacun et chacune d’entre vous puisse nous solliciter plus directement qu’avant. L’objectif de cette action est que le chaos qui vous guette va s’amplifier et que nous souhaitons être à vos cotés pour accompagner la conscience et les actes judicieux à poser pour y remédier.

    Vous ne pourrez vous en sortir seuls. D’ailleurs, vous ne l’avez jamais vraiment été, mais nous pensons que beaucoup d’entre vous sont dubitatifs sur notre existence, et nos pouvoirs, ainsi que notre bienveillance. Suffisamment pour douter définitivement et donc vous détourner de vous-mêmes. C’est pourquoi notre Père-Mère a décidé de vous accompagner de la manière la plus directe qui soit. Il-Elle a fait ce geste car les exactions qui ont été commises ont largement dépassé ce qui est autorisé par les lois fondamentales de l’Univers. Et nul n’est assez merveilleux pour s’octroyer le droit de le faire.

    Nous vous avions annoncé l’effondrement sociétal dans lequel vous êtes aujourd’hui il y a une année presque jour pour jour. Nous revenons à présent pour vous annoncer notre arrivée. Et notre Amour n’est pas une chose qui est aussi limitée que ce que vous appelez vous-mêmes Amour. Le notre n’a pas de limite. Et c’est la raison pour laquelle nous faisons le geste de venir à votre rencontre afin de vous prêter main forte pour lutter contre ce qui s’en vient.

    Vous devez comprendre que les gestes, les événements et les actions qui vont être menées à bien par les Êtres de l’Ombre, qui vous dirigent actuellement, sont sans commune mesure avec ce qu’ils ont pu démontrer jusqu’à présent. Il s’agit d’intentions de suppression pure et simple, et même sans aucune justification, de la vie. Nous ne pouvons rester sans rien faire. C’est pourquoi nous allons nous impliquer, comme nous avons pu le faire par le passé (un passé très lointain qu’aucun d’entre vous n’a connu).

    Nous sommes ceux qui allons dire, à ces Êtres de l’Ombre, que les Êtres de la Terre ont décidé, il y a peu, de mûrir la Lumière qui se trouve en eux/elles, et qu’ils ont décidé de ne pas se laisser embarquer dans la violence et la colère de cette dualité qui vous gouverne actuellement. C’est pourquoi, la décision a été prise de venir vous aider directement. Et nous sommes très heureux, dans une immense joie, même, de venir vous rejoindre et nous trouver à votre contact plus direct que ce que nous avions pu faire avant.

    Il y a beaucoup de choses à dire sur ce que les êtres humains vont avoir à traverser dans les prochains temps (mois, années). D’abord, nous devons vous aider à sortir du chaos dans lequel vous êtes et vous devrez être actifs dans ce registre. Car aussi puissants que nous sommes, il n’en reste pas moins que vous avez la responsabilité de prendre votre vie en main. Nous préférons le rappeler clairement.

    Nous allons dès maintenant vous dire comment les choses vont se présenter de votre coté de ce Monde. Les Êtres de Lumière, que nous sommes, serons enclin à se présenter à vous dès leur arrivée. Ils auront à cœur de vous contacter de diverses manières, toutes très alignées avec la manière dont vous percevez les réalités subtiles aujourd’hui. Cela pourra être sous forme de lumières incandescentes, de visions, de sons, de ressentis physiques ou encore de projections astrales dans vos rêves. Soyez attentifs à ce qui pourrait être différent dans vos perceptions ces prochains jours/semaines.

    Nous allons également vous dire que nous ne laisserons pas les événements de ces prochaines semaines sans réponse. Vous devez comprendre que d’ordinaire les Êtres de Lumière ne se mêlent pas du libre arbitre des Êtres de la Terre. Ils n’y sont pas autorisés et c’est une choses qu’ils respectent, car ils aiment et respectent la Vie. Néanmoins, vous êtes en guerre à présent. Et nous par la même occasion. Car les exactions qui ont été commises par les Êtres de l’Ombre, et qui vont s’amplifier dans les temps qui viennent, sont en dehors de toutes les Lois Cosmiques. Aussi, nous n’avons d’autre choix que de nous impliquer plus directement car notre mission est de préserver la Vie à tout prix.

    Nous n’avons pas d’autre chose à dire si ce n’est que les Êtres de Lumière, que nous sommes, sont très enthousiastes à l’idée de vous rencontrer, que nous vous aimons, et qu’avec la réunification de nos forces et de nos consciences respectives nous vaincrons ce fléau. L’Etre qui retranscrit ces lignes peut répondre à vos questions diverses et variées avec notre concours. Regardez bien dans vos cœur ce que votre « petite voix », comme vous dites, vous raconte, et positionnez-vous en conséquence. Nous savons bien qu’il est de plus en plus complexe pour vous de vous faire une opinion sereine de la situation actuelle et qu’il y a beaucoup de dualité. Mais les réponses que nous vous apportons aujourd’hui devraient vous permettre de vous positionner en votre Âme et Conscience avec l’aide des Êtres tels que Pascale.

    Nous terminons ce message en vous disant que les Êtres de Lumière sont en route. Ils vous aiment et vous chérissent tous autant que vous êtes . Ils sont heureux de se retrouver dans ses plans plus denses, avec vous, pour lutter contre ce fléau qui vous accable. Parfois, il faut faire la guerre pour maintenir la paix. Nous souhaitons que cette « opposition duelle » dure le moins longtemps possible et avons confiance dans vos capacités à choisir le meilleur pour vous-mêmes. Il n’est pas un jour sans que nous soyons à vos cotés à présent pour vous accompagner dans vos douleurs et questionnements du quotidien. Nous sommes vos guides et nous vous disons à très bientôt, dans la joie et l’allégresse de défendre le bien le plus précieux qu’est la Vie.

  • Le jeu de la Vie!

    C’est sans doute la meilleure parade à toute la morosité ambiante. Vivre sa joie, son amour, bref, tout ce qui brille en nous. Cette vie-là ne nécessite pas de gros moyens mais de le décider avant tout.

    Après avoir « secoué le cocotier des idées toutes faites », j’ai décidé de revenir à des choses plus « douces », si je peux dire… Les réactions à mon dernier articles m’ont permis de comprendre que l’approche par les symboles est un vecteur de communication puissant. Cela m’a également permis de comprendre que, pour la plupart, nous sommes mu(e)s par nos croyances au détriment du savoir, des faits, etc…bref de notre propre discernement.

    Peut-être est-ce là le résultat de l’infantilisation à laquelle nous sommes soumis(e)s depuis notre plus tendre enfance…? Dommage que nous oublions parfois qu’un symbole peut être regardé de plusieurs manières, sans qu’aucune ne soit plus juste ou fausse que l’autre, puisqu’il y a autant de versions de la vérité que d’êtres humains.

    L’univers étant infini, quelle que soit la porte par laquelle nous rentrons, nous accédons assez rapidement à l’immensité de ce qu’elle dissimule. Encore faut-il ouvrir nos sens en grand, pour apprendre, pour nous initier. En d’autres termes, l’énergie n’a pas qu’un seul « bon chemin » pour circuler. Elle n’en a pas deux non plus, car la dualité n’est pas meilleure conseillère, nous le savons bien…Il y en a probablement des millions, des milliards!

    Jeu vidéo ou réalité augmentée?

    Revenons à la notion de Vie et surtout d’Expérimentation. Ce sujet a déjà été évoqué ici à plusieurs reprises et de plusieurs manières. Mais j’ai le sentiment qu’il est temps d’y revenir, à la lumière de ce que nous expérimentons dernièrement. J’ai récemment croisé un être dont le discours m’a permis de regarder les choses avec une perspective nouvelle. Note bien que je n’ai pas dit « meilleure » ou « plus mauvaise » mais nouvelle! C’est suffisamment rare par les temps qui courent pour être souligné.

    Cet être pense que nous sommes dans un immense « Jeu Vidéo » et que nous n’avons aucun libre-arbitre, si ce n’est le choix de certains éléments superficiels et accès à certains outils « débloqués » au cours de nos pérégrinations. Alors jouons! Regardons nos vies au travers de ce prisme et voyons si et comment cette « grille de lecture » peut nous permettre de contacter de nouvelles ressources, de nouvelles joies, de nouvelles pistes d’évolution ou de soulagement…

    Le décor est planté et les grandes lignes du scénario déjà écrites!

    Dans un jeu vidéo, le décor est généralement conçu à l’avance, qu’il y ait un ou plusieurs tableaux. Suivant cette logique, la matière serait multi-tableaux, donc multi-dimensionnelle et plus nous avançons dans le jeu plus les défis sont subtils et gourmands en créativité et discernement. Les règles évoluent également à chaque marche franchie. Les jeux vidéos capitalisent sur les acquis. Les prises de conscience effectuées permettent alors d’aller expérimenter autre chose dans une autre dimension matérielle avec d’autres règles.

    Est-ce que du point de vue du joueur le monde à changé? Oui : le décor est différent et les règles ont évoluées mais à la lumière de ses expérimentations passées, il peut très vite retrouver ses marques s’il souhaite avancer. Si au contraire, il/elle bute sur une notion alors il/elle l’expérimente jusqu’à ce qu’il dépasse ses limites. Certain(e)s passent très rapidement les niveaux, fort(e)s d’une résilience et d’un besoin d’avancer à toute épreuve. D’autres prennent le temps de savourer chaque épreuve et initiation plusieurs fois.

    D’ailleurs, les jeux vidéos initiatiques sont pratiquement exempts de la notion de temps. Seul le franchissement des étapes, ainsi que les pouvoirs, récompenses et autres rencontres utiles comptent! Par contre, il y a souvent des « barre de vie ». Les blessures nous atteignent dans notre vitalité, mais nous n’en mourront pas forcément. Si nous perdons toutes nos vies, nous pouvons recommencer autant de fois que nécessaire pour comprendre la leçon et avancer de nouveau : cela ressemble fort aux principes de résilience et de karma qui régissent la Vie. Va savoir si les jeux ont emprunté cette idée à l’Univers ou s’ils sont juste de pâles copies de celui dans lequel nous vivons tous!

    Des ressources, des outils, des « pouvoirs » durement acquis!

    C’est à cela qu’on mesure le succès dans les jeux vidéos de ce type. Chaque joueur a sa manière d’aborder les épreuves: l’un va foncer tête baissée, l’autre trouvera moult astuces pour éviter les épreuves jusqu’à un certain point (« reculer pour mieux sauter », dit-on), d’autres encore vont se faire un plaisir de se crasher dans un mur juste pour le « fun » (ou entendre le personnage crier), sachant qu’ils auront la possibilité de se relever et de recommencer autrement dès qu’ils le souhaitent.

    Nos jeux vidéos « initiatiques », et de plus en plus réalistes grâce aux technologies 3D & 4D, occuperont parfois une grande part de notre temps libre. C’est d’ailleurs drôle de considérer nos jeux de divertissement comme des fractales de la Vie au sens large. Les Sims en sont une belle illustration. Peut-être est-ce dû au fait que dans ces univers-là, nous avons l’impression d’être en contrôle quelle que soit la stratégie choisie!

    Dans notre quête du Graal, que l’on pourrait appeler aussi quête de sens, il serait peut-etre intéressant de considérer que nous sommes rassuré(e)s de jouer à un jeu dont nous connaissons les règles et dont nous pouvons choisir le but final. A défaut de connaitre celui de la vraie Vie, n’est-ce pas? Il est vrai qu’un jeu où tout ce qui serait proposé serait de vivre sa vie sans savoir quoi chercher, quel état de grâce atteindre ou quel pouvoir développer…Bref, sans connaitre à l’avance la fin de l’histoire, ou plutot si! La mort. Ce jeu-là ne ferait sans doute pas l’unanimité!

    Mieux vaut trouver un jeu, des jeux où toutes nos questions existentielles sont adressées de manière ludique et mystérieuse pour pouvoir choisir et vivre une expérience digne de ce nom, hein?!

    Dieu et les Extra-terrestres #nosennemis

    Alors dans ces jeux vidéos, il y a toujours des sorciers, des Dieux, des « grands architectes » etc…qui font la pluie et le beau temps. Il y a des guerriers, des héros des temps modernes ou d’ancienne civilisations aussi . Des êtres, des sages qui ont soit déjà tout compris et nous guident, soit ont pris de l’avance en matière de pouvoir. Quant aux Dieux, aux Mages, aux Sorcières, ce sont les empêcheur(se)s de tourner en rond! Ceux/celles qui nous oppriment…Et force est de constater qu’on en marre d’être opprimés!

    Parfois même un Mage terrestre ne suffit pas pour motiver suffisamment les troupes. Il faut inventer des forces surhumaines venues d’ailleurs. Car, dans notre inconscient collectif, la force, surtout sans limite ne peut venir de notre Monde. Il faut avoir fait un long voyage dans l’Univers froid et glacé pour gagner le droit de débarquer sur Terre avec des pouvoirs sans limite. Ou être un Dieu dans tous les sens du termes…Mais à condition qu’on puisse le voir et le toucher, sinon çà ne peut pas exister.

    Comme nous avons été éduqués depuis l’enfance a craindre les pouvoirs qu’on ne comprends pas, y compris ceux qui viennent de nous-mêmes, un Dieu ou des extra-terrestres, à fortiori quand ils viennent d’ailleurs, c’est forcément suspect! On s’en méfie…De là à les considérer comme de véritables menaces, il n’y a qu’un pas! #nosennemis

    Le choix dans la manière!

    Heureusement, dans nos jeux vidéos initiatiques, nous avons beaucoup d’autres choix à faire que déterminer qui sera notre ennemi! Nous devons choisir notre tenue, la couleur de nos cheveux, celle de notre peau, nos accessoires, nos armes etc… Et pour aller plus vite (il est vrai que, dans une quête dénuée de temps, c’est de la première importance), nous avons des personnages tous préparés, avec des psychismes et des personnalités toutes faites. En gros, nous choisissons notre Avatar sur la base de critères simples et très accessibles qui sont « a quoi ressemble-t-il ? » et  » que peut-il faire pour nous aider dans notre mission? »

    Dans la vie du jeu on peut décider de passer a droite ou à gauche, en haut ou en bas en premier. On peut s’arrêter aussi, ou demander conseil à des être sur notre chemin. Certains sont bienveillants, d’autres moins. C’est le fait de continuer à avancer qui nous permet de le découvrir. Car le discernement est complexe dans un environnement complètement virtuel et pré-programmé. Même si parfois il arrive que nous ayons des intuitions assez justes, il faut quand même suivre l’implacable scénario « pré-mâché » pour en avoir la confirmation.

    Du coup, pour résumer, ce que le « grand architecte » du Jeu nous a laissé c’est de la marge de manœuvre sur les détails (catalogue d’options préparées), des non-choix quant aux personnages qui nous représentent (des caricatures dont on ne connais pas vraiment la nature ou la philosophie profonde) et le choix de faire le parcours fléché dans le sens que l’on veut (tout dépend du temps que l’on est prêt à y passer). Au final, nous avons l’impression de faire des choix et d’avoir un libre-arbitre, en plus du fait de croire que nous avons le contrôle sur le déroulé de l’histoire.

    Comment terminer un jeu sans fin?

    Il y a plusieurs façons de terminer ce jeu : mourir, trouver la porte de sortie, c’est-à-dire épuiser tous les scénarios possibles, ou changer de jeu lorsque la nouvelle version est disponible sur le marché par exemple…

    Il serait tentant de se dire que la dernière option est inenvisageable puisque je rappelle que nous jouons ensemble au « Jeu de la Vie »…Et pourtant! Rappelons-nous que notre système solaire traverse des cycles d’environ 26000 ans depuis la nuit des temps. A chaque changement de cycle se produisent des cataclysmes, des chaos suffisant pour supprimer une partie de la population suite aux changements climatiques, et redistribuer les cartes d’une manière non négociable. Certains parlent même de l’avènement de la 6ème race d’êtres humains. Cela voudrait-il dire que même l’humanité est soumise à la dure loi de l’obsolescence programmée?

    Mourir pourrait être la solution ultime. La seule question est de savoir quand cela est supposé intervenir dans le grand scénario. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut anticiper à moins de le provoquer. C’est aussi potentiellement douloureux pour soi comme pour ses proches. Cela va surtout à l’encontre de la première règle fondamentale du Jeu : il est interdit de supprimer la (sa) Vie.

    Trouver la porte de sortie de cette Matrice c’est probablement la solution la plus tentante. Cela implique d’expérimenter le jeu jusqu’au bout en conscience et dans l’acceptation de ce qui est. Pourquoi? Parce qu’une part importante de nous a donné son accord pour intégrer cet Univers. Parce que cette partie de nous a passé « un deal » avec le « grand architecte » pour expérimenter des choses bien précises et trouver un moyen de se mettre au service de la communauté en fonction de ses aspirations et de ses compétences…

    La morale de cette histoire…

    Au bout du compte, que nous raconte cette parabole? Il me semble qu’il y a une leçon évidente qui est l’importance de l’Expérimentation. La particularité de celle-ci c’est que son résultat est inconnu. Vu l’engouement pour nos jeux vidéos, il semble que cet inconnu n’est pas un problème. La deuxième chose importante est la manière dont nous choisissons de traverser cette aventure. Allons-nous le faire en tant que héros ou victime? La troisième chose est le collectif c’est-à-dire la capacité de chacun à faire sa part pour traverser l’aventure. De la force du collectif résulte une expérience plus riche et qualitative, qui peut mettre en lumière des failles dans le jeu.

    Failles qui peuvent interpeller le « grand architecte » afin qu’il fasse évoluer les règles, change le décor, donne des bonus etc…à ceux qui ont « joué le jeu ». Tu l’auras compris cette comparaison est sans fin! A toi de voir quel joueur(se) tu veux être, quel rôle tu acceptes d’endosser et de quelle manière tu choisis de vivre cette aventure. En d’autres termes, c’est notre capacité à « jouer le jeu », tout en suivant les règles, mais également en respectant qui nous sommes, qui contribue à améliorer l’expérience globale et pourquoi pas de « challenger » le « grand architecte » et ainsi lui permettre de découvrir un peu plus qui il est dans son propre rôle!

  • Voyager léger!

    En période de vacances, le sac à dos est plus que jamais d’actualité. Alors, il est temps de choisir avec précaution ce que nous mettons dedans, afin de prendre un peu de recul…

    crédit photo pixabay

    Nous voilà de nouveau dans l’obligation de porter des masques. Que l’on soit coopérant avec cette directive ou pas, je suis à peu près certaine qu’un malaise existe en chacun(e) de nous à ce propos. Peut-être celui que nous essayions tous et toutes, tant bien que mal, d’oublier après nos 2 mois de confinement. Cela réactive des peurs que l’on soit pour ou contre. Si tu es en train de penser que tu n’as pas peur, cela s’appelle du « déni », ce qui n’est pas forcément mieux. Et tu sais quoi? L’ironie du sort c’est que ta peur et celle de ton voisin c’est la même au final…

    AVERTISSEMENT: Cet article évoque une phase trouble de notre histoire d’humanité. Tu pourrais éventuellement t’en trouver bousculé(e). Et si c’est le cas, je te présente mes excuses par avance. Mon objectif est de trouver des points de comparaison qui parlent à tous et toutes pour faire comprendre mon propos. Les faits qui se sont déroulé lors de la Seconde Guerre Mondiale, tels que relatés dans nos livres d’histoire, rentrent dans ces critères. Il y a également dans cet article des choses présentées de manière caricaturale pour simplifier l’accès aux arguments que je souhaite souligner. Mon intention est purement rhétorique et ne remet absolument pas en cause la gravité de ce qui a eu lieu lors de ce conflit mondial. Tu l’auras compris, je pense : Âme sensible, s’abstenir!

    Nouveau chapitre dans la saga Covid 19…

    Après avoir porté le chaos à l’intérieur de nous avec ce virus, puis à l’extérieur avec les émeutes de ces dernières semaines. Après avoir exacerbé le clivage blancs contre noirs, à grand renfort d’accusations de racisme, nous voilà montés les uns contre les autres à propos de ce qui restera probablement comme un symbole majeur de cette période trouble dans nos futurs livres d’histoire : le port du masque.

    La deuxième guerre mondiale a eu le symbole des étoiles jaunes…2020 aura ses masques. Je suis encore très inquiète quant aux découvertes que nous ferons une fois la crise terminée et le temps des « bilans objectifs » arrivé. Espérons que nous ne découvrirons pas à posteriori de « génocide », comme ce fut le cas lors de la dernière grande guerre. Nos dirigeants ont choisi des termes très forts dès le début de cette crise sanitaire mondiale.

    Donc, nous sommes en « guerre ». Le chaos des derniers mois en est la preuve. C’est comme si on nous avait annoncé la fin de l’histoire avant même qu’elle commence. Étrange, non? Personnellement, je ne peux m’empêcher de penser que parmi les virus, qui prospèrent sur notre jolie Terre depuis la nuit des temps, ce Covid 19 est probablement le plus docile et coopératif qu’il nous ait été donné de rencontrer. Il semble s’activer et se désactiver au doigt et à l’œil de nos gouvernants. C’est extra-ordinaire!

    Alors, aujourd’hui je voudrais revenir sur 2 choses pour nous aider à « voyager léger » : comment libérer nos peurs? Et comment éviter de prendre les contradictions personnellement ? Car d’après ce que j’ai pu voir, malheureusement, nous sommes tou(te)s concerné(e)s!

    La peur de mourir

    C’est bien ce qui nous rassemble tous en ce moment. Nous nous traitons de noms d’oiseaux. Nous allons même parfois jusqu’à remettre en cause des amitiés de longue date pour une peur qui n’est ni nouvelle, ni l’apanage de privilégiés, à savoir la peur de mourir! Les uns ont peur de mourir d’un virus. Les autres des conséquences de leur privation de liberté(s).

    Reprenons l’exemple de la deuxième guerre mondiale. A l’époque, selon nos livres d’histoire, les êtres qui ont coopéré de leur plein gré sont devenus des « esclaves » via le STO (Service du Travail Obligatoire). Les rebelles, quant à eux, y ont au minimum laissé des plumes, voire même leurs vies. Agir et préserver chaque morceau de liberté, nécessite du courage et de la ténacité face au jugement d’autrui et au risque de délation. Nous pouvons faire les gros yeux, il n’empêche que nous avons assisté à de belles réminiscences de cela lors du confinement!

    Un témoignage très documenté sur les origines du chaos actuel…qui peut expliquer le comparatif que je fais plus bas.

    Changeons les mots maintenant! Suivons le narratif imposé par nos dirigeants. Je choisis en plus la caricature, qui a le mérite de faciliter la compréhension.

    Et si nous appelions les réseaux mondialistes, des « Nazis » (en référence à l’horreur des expériences de masse menées par ces gens) , la population mondiale, des esclaves (avérés ou en puissance), les victimes du virus et/ou des violences de ces dernières semaines, des déportés et les lanceurs d’alerte (quand ils sont guidés par leur cœur et non leur égo) des têtes pensantes de la résistance? Et si, enfin, nous appelions tous ceux qui refusent de voir leur liberté ruinée par des directives dénuées de sens, ou par le regard, le jugement de l’autre, des résistants de la première heure?

    Tu trouves le comparatif un peu fort? Certes…Il a surtout le mérite d’évoquer un épisode de notre histoire dont tu connais la fin. Dans un conflit, quel qu’il soit, il n’y a pas tant de protagonistes que cela au final…Ne l’oublions pas.

    L’enjeu réside dans notre discernement

    Crois-tu réellement que la situation actuelle présente quelque chose de nouveau? Que nenni! Diviser pour mieux régner. Faire en sorte que tout le monde regarde ailleurs pendant que la vraie motivation du conflit est menée à bien. C’est çà le plan. Il n’ a pas changé. Il a simplement été peaufiné à la lumière de toutes les tentatives de chaos planétaire lancées ces dernières décennies (ex: chocs pétroliers, crises financières de 2008, grippe H1N1 de 2009 etc…)

    Je rappelle qu’entre 1939 et 1945 les gens qui suivaient scrupuleusement les directives des dirigeants, par peur des représailles ou de la dénonciation, pensaient sincèrement être dans le vrai et faire leur devoir… En temps normal, c’est bien évidemment la bonne attitude à adopter. Mais nous ne sommes plus en temps normal depuis le 17 mars 2020. Nos dirigeants nous l’ont bien expliqué. Maintenant, nous sommes en guerre!

    Alors, comme nos ancêtres, nous sommes à un carrefour. Il est urgent pour chacun de se positionner en son Âme et conscience. C’est l’acte le plus militant que tout un chacun pourrait poser. Car au beau milieu de ces campagnes actives et de plus en plus agressives de propagandes, il n’a jamais été aussi dur de se faire sereinement sa propre opinion.

    Pour ce faire, il faut au préalable une analyse personnelle de la situation, mais à la lumière de notre conscience, pas de notre peur!

    Comment se libérer de sa peur?

    La peur est comme un enfant qui aurait une chose importante à dire à ses parents et les harcèle jusqu’à ce qu’ils écoutent. Tous les parents parmi nous se retrouveront peut-être dans une légère impression de déjà vu…

    Disons que notre peur est ce petit enfant. C’est une part de nous qui a besoin d’être vue, considérée et entendue. Et comme avec les enfants, une fois la chose déposée, il devient possible de reprendre normalement le cours de nos vies. Evidemment, il se peut que l’histoire ou le discours interne à poser soit pénible à entendre. Mais c’est la seule façon de traverser cet état d’être pour retrouver tout son potentiel et être de nouveau en mesure de prendre des décisions en homme/femme libre.

    Une décision est à prendre aujourd’hui pour nous tous! Que nous soyons pour ou contre le port du masque. Accepter de regarder, considérer et accueillir notre peur est la clé. L’autre est de comprendre qu’autrui réagit, différemment certes, parce qu’il/elle est dans le même état de confusion et de solitude. En effet, celui/celle qui fait cela est tout simplement en lutte contre lui/elle même face à ce stress immense qu’est la peur de la mort. Pire, il/elle peut être en déni de cette peur et croire que l’agression vient bel et bien de l’extérieur, quand, au final, le conflit est interne avant tout.

    Quoiqu’il arrive ne prenez rien personnellement !

    Essayons de faire cet exercice et de dépasser nos peurs pour enfin pouvoir déplacer le conflit là où il est vraiment. Et de le faire ensemble! Car divisés nous sommes faibles, mais ensemble nous sommes invincibles!

    Don Miguel Ruiz est un sage. Son livre les « Quatre Accords Toltèques » mérite son statut de best seller. Voyager léger, y compris en temps de crise, implique de ne pas se charger de ce qui ne nous concerne pas. C’est le challenge d’après.

    Une fois notre sac à dos allégé de sa peur, l’objectif est de ne pas à nouveau le surcharger. Je parle ici de nos propres jugements à l’égard de ce que nous vivons. En clair, si nous sommes dans la colère, dans la peur ou n’importe quelle autre émotion que NOUS JUGEONS négative alors nous nous emparons de cette peur, de cette colère etc… Et nous en faisons immédiatement un gros caillou, que nous ajoutons à notre sac à dos. Ainsi (re)chargé, il nous empêche d’avancer, d’être nous-mêmes, d’être libres! La boucle est bouclée.

    Retrouver la foi en l’humanité, en la vie!

    Personne ne peut nous mettre en cage aussi sûrement et durablement que nous-mêmes! Alors ma suggestion pour cette semaine, serait de passer ce temps de pause, ces vacances, à jouir de la vie! Et pourquoi pas à nous instrospecter pour identifier cette/ces peurs qui nous accablent. Cela donnera un second souffle à toutes les parts de nous qui sont dans la lumière et qui « galèrent » à maintenir la barque à flot en ces temps troublés.

    Les réponses sont en nous! Chacune de nos âmes est venue ici pour une raison bien précise et le temps arrive où chacun(e) va enfin trouver sa vérité profonde et, avec elle, sa véritable place. Il ne peut en être autrement. Chaque centimètre carré de nous-mêmes que nous pouvons libérer de l’ombre et emplir de lumière est autant de grâce à laquelle l’Univers abonde, parfois au centuple.

    Nous ne sommes pas seuls dans cette bataille fondamentale de notre histoire d’Humanité. Mais chacun(e) doit faire sa part pour avancer vers le monde de ses rêves…C’est à cette intersection que nous sommes en ce moment. Alors, quel est ton rêve pour demain? Et qu’es-tu prêt(e) à faire pour lui donner vie?

  • 5D>Et si on jeûnait? Episode Final

    Je reprends mon alimentation aujourd’hui après 22 jours de jeûne et de très belles aventures vécues et partagées. C’est l’heure du bilan et de penser à l’après…

    Le jeûne est indéniablement une aventure initiatique! Cela ne peut pas être une lubie dans l’optique de perdre durablement du poids , ou autre truc pour « faire joli ». Une semaine à la rigueur, mais pas trois. Le jeûne long est un deuil, une mue, une transformation. Il doit être souhaité ardemment et assumé. Il n’y a pas de retour en arrière en matière d’initiation. Au pire, nous restons là où nous étions, dans la chaleur et le confort du connu et reconnu.

    Mais si nous décidons d’avancer alors le processus se fait. Si nous ne mettons pas de veto sur nos envies profondes, aussi confrontantes soient-elles, notre Corps et notre Etre font le job. Ils nous accompagnent du mieux qu’ils le peuvent. Preuve que notre force ne réside pas uniquement dans la quantité de nourriture ingérée trois fois par jour. Notre puissance réside bien au-delà de notre « physicalité ». C’est lorsque nous coupons les vivres de la matière que nous accédons à notre véritable réservoir d’énergie. Et celle-ci elle est quasi-illimitée.

    J’ai donc passé plus de 3 semaines à ingérer uniquement eau, lait de coco (au début seulement, pour terminer l’épuration des intestins), kéfir et jus de fruits légers pour vivre cette expérience en douceur. Après 8kgs perdus, un pacte de vie antérieure libéré et l’acceptation – en cours – de ma féminité ressuscitée, je peux dire que je suis une nouvelle femme aujourd’hui. Il m’est dorénavant impossible de reprendre exactement là où j’en étais. Par quel miracle? Je n’en sais carrément rien! Mais j’ai fait ma part et l’Univers qui se trouve en moi a fait le reste…tout en douceur.

    Décider l’après…

    Je suis maintenant dans la phase où je vais aménager ma nouvelle vie, à la lumière de mes nouveaux ressentis et des voiles qui se sont levés sur mes opportunités. C’est fou à quel point tout se révèle à nous quand nous arrêtons de mâcher toujours le même chewing-gum insipide!

    Comme pour ma dernière expérience, j’ai décide de reprendre un rythme alimentaire en jeûne intermittent. Pour moi, la réduction de la quantité de nourriture a été très bénéfique car j’ai un métabolisme très lent et plus de nourriture créé très rapidement une surcharge qui me fait du mal. J’ai donc choisi de faire un petit-déjeuner léger (c’est mon repas préféré de la journée depuis longtemps) et un déjeuner copieux vers 14h/15h. Je précise que mon rythme de vie me le permet. Evidemment, c’est à chacun(e) d’adapter intelligemment selon ses propres goûts et contraintes.

    Comme le jeûne, le jeûne intermittent doit également être choisi et assumé pour être vécu en douceur. Tu trouveras ci-dessous une vidéo explicative de ses principes.

    Trouver un nouvel équilibre alimentaire

    Le « post jeûne » est aussi un très bon moment pour se demander si nous gardons tous les aliments habituels, ou si nous adaptons nos usages au plus près de nos envies. Par exemple, ai-je toujours envie de manger de la viande, des œufs ou du fromage tous les jours? Là aussi ce sont des choix à faire en conscience et non par culpabilité. Je sais bien que certain(e)s nous mettent la pression pour arrêter ceci ou cela.

    Evidemment, nous sommes arrivés à de tels niveaux de dérives alimentaires qu’il est tentant de prendre des mesures drastiques. Mais cela ne sert à rien si c’est fait à contre-cœur. Il me semble que le meilleur choix est celui de l’équilibre. Les suédois ont un mot pour cela : « Lagom » soit ni trop, ni trop peu. J’aime ce mot car il n’est pas duel, il recherche l’équilibre et l’harmonie selon la définition et les moyens de chacun. Je le trouve extrêmement démocratique en fait!

    Donc le « flexitarisme » est peut-être une approche à essayer pour celles/ceux qui souhaitent être plus à l’écoute de leurs véritables besoins sans pour autant renier leur vie sociale. Car il faut bien l’admettre, il est encore très compliqué de trouver des plats végan dans les restaurants…même si cela s’améliore avec le temps.

    Et au niveau mental, émotionnel et spirituel ?

    Ce jeûne m’a permis de comprendre, et d’ancrer profondément dans mes cellules, ce que mon corps avait décidé de lâcher avant que je me lance dans cette aventure. Cela tourne principalement autour de 3 piliers :

    • « J’ai envie/j’ai pas envie » : C’est l’outil de tri par excellence! Et contrairement à ce que notre « chère société » veut nous faire croire, nous avons toujours le choix. Il y en a certes des plus faciles que d’autres. Mais il y a toujours moyens d’atténuer sa peine ou d’éviter les obstacles quand nous suivons nos véritables envies.
    • « Je voyage léger »: Cela consiste à ne pas prendre ce qui ne m’appartient pas, comme la mauvaise humeur ou les problèmes des autres, par exemple. Dans mon cas, cela consiste à choisir en conscience quand j’aide et quand ne pas le faire. C’est aussi une façon de respecter le « libre-arbitre de tout le monde.
    • « Je vis de la joie » : En tant que femme, sœur, future thérapeute, amie, amante etc…si je ne prends pas soin de ma propre joie, personne ne peut le faire à me place! Je ne suis pas en train de parler des plaisir de la matière (même si certains peuvent procurer une joie passagère), mais de toutes ces choses – petites ou grandes – qui nous nourrissent entièrement et durablement (pour moi c’est tout ce qui a trait au ressentis de partage, d’équilibre et d’harmonie, par exemple)
    Voilà c’est fini

    Alors voilà. Cette aventure se termine. La porte est grande ouverte pour de nouvelles à venir. Et je suis vraiment fière et en joie d’avoir passé cette initiation avec succès. Soit dit en passant, j’ai illustré cet article avec mon premier repas « post-jeûne » et je t’assure qu’un des autres bénéfices du jeûne est de retrouver le vrai goût des aliments!

    Bien entendu je n’ai pas écrit ces articles pour te convaincre de quoique ce soit mais pour témoigner de ma propre expérience. Si tu as suivi cette série et que tu t’interroges sur cette démarche, je suis toute prête à répondre à tes questions. Sinon, j’espère que tu auras tout de même profité des références externes que j’ai ajoutées à mes articles car elles constituent déjà en elles-mêmes des sources d’inspirations formidables.

    “Le chemin se construit en marchant.”

    Antonio Machado
  • 5D>Et si on jeûnait? Episode #4

    A l’image d’un ballon dirigeable, plus le corps s’allège et plus la conscience s’éveille. Cette – dernière – semaine de jeûne est celle où j’accède enfin à ma plus grande conscience.

    Comme c’est la première fois que je fais un jeûne aussi long, je découvre de nouvelles dimensions à cette initiation chaque jour. Aujourd’hui, j’ai acquis la conviction que jeûner est une façon simple et peu coûteuse de se relier à ses plus hauts plans subtils.

    Je prends conscience en écrivant ces lignes de l’incroyable similitude avec la pratique des « quêtes de visions » chez les Amérindiens. Le principe de cette initiation est de partir dans la nature pendant quelques jours (le nombre reste à la discrétion de celui/celle qui la pratique) pour trouver la prochaine étape de son chemin. L’idée est d’identifier de quelle façon cet Etre souhaite vivre sa vérité profonde tout en étant utile à la communauté.

    Je pense qu’en cherchant bien, il doit probablement exister des initiations similaires chez tous les peuples de la Terre. Je te laisse voir ce que la vie mettra sur ton chemin, si cette quête te parle. Bref, j’ai choisi de faire cette initiation chez moi, en restant connectée à mon quotidien, bien que dans un rythme très ralenti. Ça fonctionne pareil. Chaque moment de vraie introspection dévoile une prise de conscience importante.

    Contacter son histoire d’incarnation

    Pour moi, la prise de conscience majeure de la semaine qui vient de s’écouler, a été la libération d’un pacte (fait avec moi-même il y a fort longtemps) qui m’handicapait dans ma vie privée notamment, mais pas que…Cela s’est fait en douceur et très rapidement.

    Je voudrais m’attarder un peu sur le thème de la « libération ». Il me semble que nous avons tendance à considérer ce moment très fort comme une issue favorable à un processus long et laborieux. Il y a aussi une connotation de combat dans ce mot, en référence à la libération connue après la deuxième guerre mondiale, par exemple.

    Cessation d’une contrainte matérielle ou psychologique, qui fait éprouver un sentiment de liberté

    Définition du Larousse

    Peut-être également, que certain(e)s d’entre nous pensent que cela doit être douloureux pour que cela soit efficace. De mon point de vue, il n’en est rien! Une libération n’est rien de plus qu’une prise de conscience. C’est-à-dire une information enfouie dans la mémoire cellulaire qui est soudain autorisée à accéder à notre partie consciente. Et comme par hasard ces libérations (ces autorisations donc) ne sont données par notre Etre et notre Corps qu’au moment où nous pouvons les recevoir, les accueillir….en douceur.

    Une preuve encore que la démarche dans laquelle se mettre en jeûne, ainsi que les intentions profondes qui nous motivent à la faire, ne sont pas prises à la légère par notre Etre et notre Corps. Une preuve encore que tout notre Corps, même affamé, sait nous soutenir dans nos projets à chaque instant!

    Plus le Corps se vide, plus la conscience se place dans les plans subtils

    Cette libération fut pour moi l’occasion de recevoir un enseignement : les informations concernant nos vies antérieures se trouvent dans notre corps astral. En d’autres termes, ce jeûne m’a permis de contacter très directement un certain nombre d’informations, d’intuitions de mes exsitences passées, de manière à ce que j’en prenne conscience.

    Et une fois la conscience activée, la problématique se libère. Cela prend quelque secondes. C’est comme une entrave qui se relâche dans le corps et dans l’énergie. Jeûner donne accès à cela pour qui sait l’accueillir. L’enseignement c’est que dans le corps astral se trouvent toutes les émotions , passées, présentes et futures. Evidemment, dans ce plan le temps n’existe pas. Ce plan contient également les intuitions de tout ce qui va se produire selon les probabilités du moment.

    De plus en plus d’entre nous ont accès sporadiquement à ce « plan », cette couche de notre Etre. C’est pourquoi un nombre croissant d’entre nous voit ses intuitions se développer. Si c’est ton cas, peut-être que mon témoignage pourra t’aider à t’introspecter (la lune qui vient de passer était apparemment propice à cela) et à trouver tes propres moyens de contacter ta vérité intérieure…ainsi que tes blessures, pour les guérir.

    Préparer l’après-jeûne

    Une fois le jeûne proprement-dit terminé, il faut entamer une remontée alimentaire. Elle doit être aussi lente que la descente pour ne pas brusquer le corps. Sinon ce serait un peu comme dégringoler d’un avion sans parachute! L’atterrissage serait douloureux!

    Les derniers jours du jeûne peuvent servir à décider de quelle manière il sera juste de retourner à une alimentation « normale », de définir une nouvelle notion de « normalité » variant d’une personne à l’autre. Je sais bien que notre « dressage » et/ou notre « gourmandise » nous mène à faire nos sacro-saints « 3 repas/ 5 fruits et légumes par jour ». Mais à quoi sert de se priver pour affronter ses démons si c’est pour ensuite se remettre dans la « droite ligne du parti » si elle ne nous convient pas?

    Evidemment, si 3 repas par jour te rend heureux(se) et que c’est juste pour toi, alors c’est là qu’il vaut mieux aller.

    Sinon, mes questions sont les suivantes : sens-tu cette force, cette nouvelle capacité que tu as de vivre ton quotidien sans (ou moins) « manger tes émotions » ? Si oui, comment pourrais-tu imaginer ta façon de te nourrir pour coller au mieux à tes réels besoins/envies? Pourrais-tu, par exemple, supprimer le grignotage? Pourrais-tu adapter le nombre de repas dans ta journée pour garder uniquement ceux qui font sens pour toi, pour ton corps?

    Je te laisse méditer là-dessus et te dit à très bientôt pour le dernier épisode de cette série.

  • 5D>Si on jeûnait? Episode #3

    Le cap de la première semaine est passé. Le corps s’allège et se calme. Le temps est à l’introspection.

    Plusieurs événements majeurs ont lieu cette semaine dans le Monde. Le premier étant la conjonction Pluton/Jupiter. La résonance de la Terre a atteint des sommets ces dernières semaines et les émotions ont été mises à rude épreuves! La chaleur émanant de notre soleil y a grandement contribué.

    Ce fut un plaisir de participer à cette grande méditation, qui pour une fois était planifiée à une heure raisonnable, même pour un jour de semaine. Les premiers retours semblent positifs. Croisons les doigts pour que son effet nous débarrasse des oiseaux de malheurs et autres morosités ambiantes qui nous pourrissent la vie depuis bien trop longtemps.

    Si j’en juge par le résultat des élections municipales, même la part d’humanité qui ne pratique pas forcément de méditation avait décidé de s’occuper du sujet. Espérons que nos nouveaux maires écolos porterons dignement leurs convictions. Et que nous aurons bientôt de jolies villes propres et responsables où il fait bon vivre!

    Impossible de négocier avec le corps

    Je m’étais mise en tête de passer en mode introspection durant mon jeûne. J’avais prévu qu’à un moment je ferai cela. Je ne savais pas quand exactement mais je n’avais aucun doute sur l’arrivée de cette étape majeure. Je souris en écrivant ces lignes parce que fidèle à mon « dressage » depuis l’enfance, j’avais semble-t-il échafaudé un plan de jeûne. Comme j’aurais fait un plan de travaux.

    C’était sans compter sur mon corps. Pour lui avant l’heure, c’est pas l’heure et après l’heure c’est plus l’heure! Je me rend compte maintenant que je n’avais pas besoin de planifier les choses. Mon corps sait. Et ce moment d’introspection il a commencé il y a 3 jours. Soit au 8ème jour. Ceci dit, j’imagine que ce moment doit être différent selon les métabolismes.

    Une fois le décrassage global du corps réalisé, il se met au repos. Il s’introspecte tout seul. Il y a comme un repli sur soi, en douceur. Presque imperceptible. Ce qui m’a mis la puce à l’oreille c’est l’absence d’envie d’interagir avec les autres. En tout cas, l’incapacité à m’investir dans des conversations que je sais être énergivore.

    Mon corps gère mes priorités maintenant. Il ne fournit plus d’énergie à ce qui n’a pas de sens ici et maintenant pour moi. Cela ne veut pas dire que ce qui se présente n’en a aucun, non. Il n’en a juste pas pour le moment. Donc rideau! Nous passons gentiment notre chemin. Nous reviendrons plus tard…ou pas. C’est aussi une opportunité unique de voir tout ce que nous prenons sur notre dos quotidiennement et dont nous n’avons pas besoin.

    Profiter de ce temps pour se débarrasser de sa « vieille peau »

    C’était mon objectif initial : me débarrasser de ma vieille peau, de toutes vieilles habitudes qui allaient avec, les automatisme aussi. Les choses qu’on fait par réflexe depuis toujours et qui ne sont pas toujours bienveillantes pour nous-mêmes. Dans mon cas, c’est l’aide aux autres. Cela fait partie de ma mission de vie. Du coup, jusqu’à présent j’ai pensé que je me devais d’aider à chaque fois que le besoin s’en faisait sentir.

    Aider les autres c’est bien. A condition de s’être aidée soi-même suffisamment avant, mais aussi d’en avoir la demande. Ces leçons-là je les avais déjà apprises. Celle que j’apprends aujourd’hui c’est à choisir quand j’aide et quand ne pas le faire. Et pas en fonction de la grille de lecture de l’autre mais de la mienne. En d’autre termes, le nouveau paramètre c’est de sentir le flux de l’énergie, la résonance avec la personne ou le contexte, et d’estimer si c’est juste d’aider, de coopérer etc…Mais aussi dans quelle mesure c’est juste, et quand arrêter.

    Cette façon d’aborder les choses permet de ne pas s’enfermer en permanence dans des habitudes contre-productives et limitantes! Elle permet de garder une certaine flexibilité face à la vie. La nouvelle peau est encore tendre. Elle ne peut pas se permettre autant de rudesse que l’ancienne. C’est tout l’objet de la transformation!

    Du Jeûne au Je ne…

    C’est bien de cela qu’il s’agit. S’alléger de tout le superflu, tant au niveau alimentaire, qu’émotionnel et relationnel. C’est une vraie pause. Et même si passé la première semaine, le corps est plus serein et léger, c’est là que le vrai travail commence! La principale question étant qu’est-ce que « Je ne » veux plus?

    La suivante c’est « qu’est-ce que Je veux mettre à la place? » De plus doux, de plus juste, de plus léger, libre, lumineux, aimant etc…pour moi-même. Prendre conscience que je tiens debout face à moi-même – ce qui brille et ce qui brille moins – sans béquille est déjà un énorme pas en avant! Vivre cela à un moment ou tout le système solaire appuie toutes les démarches visant à se détacher de ce qui n’a plus de sens, est de très bonne augure!

    Nous sommes des Êtres de Lumière. Et le jeûne permet de recontacter cet aspect de nous-mêmes. A l’intérieur via des programmes innés de nettoyage des déchets et autres incohérences. A l »extérieur via l’émonctoire « peau » qui rajeunit littéralement d’une bonne dizaine d’année tant nous sommes pollué(e)s par toutes sortes de substances toxiques.

    Qui mange à se rendre malade,
    Aura à jeûner pour se guérir.

    Proverbe espagnol

    Et toi? Que souhaiterais-tu laisser définitivement sur le bord du chemin ? De quelle substance(s) pourrais-tu te débarrasser définitivement?

  • 5D> Si on jeûnait? Episode #2

    L’arrêt des aliments solides est une formidable occasion de voir que nous avons déjà tout en nous pour traverser la vie sans nos béquilles habituelles!

    A présent j’ingère uniquement des liquides, non excitants et non alcoolisés bien évidemment, comme du kéfir, du lait de coco, de la tisane faite maison etc…Les liquides ne stoppent pas les processus de nettoyage du corps et ils sont primordiaux pour le maintien de l’homéostasie. Mon esprit est vif et mon corps au ralenti, mais étrangement, j’ai moins besoin de sommeil pour être opérationnelle.

    Cette semaine j’accueille les émotions sans le support de la nourriture…C’est un des challenges les plus compliqués pendant cette période. Se tenir debout face à sa part d’ombre…tout simplement. Dans ces moments, notre volonté est la plus sollicitée, d’où la nécessité de faire cela par choix et en douceur. Sinon cela n’est pas tenable sur la durée.

    C’est aussi l’occasion d’accueillir les énergies de l’été, celles de la Terre et/ou de l’Univers et de les vivre au centuple! Voici un aperçu de ce qui peut nous traverser à ce stade…

    Nous sommes nos propres bourreaux

    Je m’aperçois des pièges que je me tends à moi-même dans mon relationnel avec les autres. Ces situations où au lieu d’être fidèle à nous-mêmes, nous remettons notre souveraineté à la politesse, ou aux convenances. Ce sont ces situations qui nous mettent bien souvent dans l’émotion. Pourquoi? Parce qu’elles ne sont pas vécues en nous comme justes. Et ensuite, nous avons tendance à la reprocher aux autres. Mais ces pièges, c’est bel et bien nous-mêmes qui nous les sommes tendus.

    Prendre conscience de cela aide à prendre la décision de devenir notre meilleur(e) ami(e). D’être doux(ce) avec nous-mêmes pour pouvoir vivre de la douceur dans notre relation aux autres et au Monde. Qu’adviendrait-il si nous nous autorisions cela dès maintenant – jeûne ou pas – dans notre quotidien? Que se passerait-il si nous laissions nos envies et nos opinions profondes seuls juges de notre comportement? Comment vivrions-nous l’actualité – pour le moins intense – du moment, si nous étions connecté(e)s à nos propres vérités profondes?

    Pour moi, les réponses ont été simples à trouver en théorie, mais nous savons tous qu’en théorie tout se passe bien! Dans la pratique, j’ai décidé de développer l’attention à mes envies profondes et à mes habitudes sociales. Tous ces moments où je dis, je fais des choses pour qu’on m’aime alors que je n’en ai pas envie, au fond. Toutes ces choses que je reproche ensuite aux autres, alors que c’est moi qui est décidé, ou pas, mais peu importe – qui ne dit mot, consent – de m’y conformer.

    Je parle ici de reprendre notre liberté d’être qui est indissociable de notre responsabilité à être qui l’on est. Et cela nous n’y sommes pas habitué(e)s puisque nous vivons dans un Monde aux opinions pré-mâchées où nous sommes continuellement infantilisés!

    L’Univers nous invite à booster notre conscience

    Hier c’était le solstice d’été. Le jour le plus long. Les énergies étaient à leur paroxysme. L’univers frappe de plus en plus fort à nos portes. Impossible à présent de l’ignorer. Le premier a en prendre conscience est bien notre corps.

    Si tu as des vertiges, des nausées, des frissons, mal aux dents etc…en ce moment cela pourrait être des signes que ces nouvelles énergies te touchent. Nous traversons des moments uniques à plus d’un titre en ce moment : le passage de notre Terre en 5D ainsi que, pour certain(e)s d’entre nous, la reliance à notre être solaire.

    Le passage en 5D est largement documenté sur les réseaux ou youtube donc je te laisse faire tes propres recherches. En revanche, la « reliance » à l’être solaire est plus inédite. Il s’agit d’une montée en vibration suffisante pour contacter la « version la plus réalisée de nous-mêmes ». En d’autres termes pour recontacter l’incarnation la plus aboutie et lumineuse de notre histoire. C’est comme si nous nous mettions de nouveau au diapason de notre meilleure part de nous-mêmes.

    Vivre cela requiert un accompagnement des guides. Et cela se fera pour tout le monde, à son ryhtme. Le ressenti physique associé est très furtif et doux. Pour moi cela a consisté en une petite caresse qui a en quelques sortes « dégouliné » rapidement depuis le haut/arrière de mon crâne jusqu’au bas de ma colonne vertébrale. Vivre ce moment requiert une grande conscience de soi-même et une grande connexion à son corps. Peut-être l’as tu déjà traversé sans t’en rendre compte?

    Si c’est le cas et que tu souhaites partager tes ressentis ou poser des questions à ton guide, tu peux, si tu le souhaites, m’envoyer un message.