Inverser la tendance

Ces derniers jours, j’ai pris le temps d’observer l’hypnose collective dans laquelle nous stagnons depuis des mois. Je me suis à nouveau questionnée sur ce qui peut bien en être à l’origine. Car, tirer à boulets rouges sur les médias et la propagande me parait dénué de sens maintenant. A l’évidence, si nous étions dans une posture « équilibrée », il serait facile de « zapper » les informations qui nous gênent. Pourtant, une large part d’entre nous continue à absorber sa dose quotidienne de « non-sens ». Pire, il semble que nous entretenons cette morosité, même quand cela n’est pas nécessaire. Alors, je me demande pourquoi nous serions devenu(e)s à ce point « masochistes »…

J’ai récemment découvert certaines auto-programmations cellulaires qui pourraient éclairer les raisons de volonté à rester « rester sous hypnose ». Comme je l’ai déjà évoqué, une part de nous veille et met en place des stratégies de survies qui peuvent s’avérer utiles au départ…jusqu’à ce qu’elles ne le soient plus!

Que se passerait-il si notre hypnose collective avait démarré bien plus tôt qu’il n’y parait. Et si cela faisait partie de nos paramètres « d’usine »? En quoi influeraient-ils notre comportement? Et comment pourrait-on faire pour focaliser notre boussole interne sur notre désir et notre droit à la liberté?

Prenons quelques exemples…

Pourquoi un enfant de 3 ans, qui grandit dans un contexte social et familial plutôt heureux, balance avec aplomb et conviction « que dans la vie, il faut du courage! »? Qu’est-ce qui pousse cette femme, qui souhaite rouvrir son cœur à un homme, à continuer de choisir d’être malheureuse dans ce domaine?

Qu’est-ce qui motive un jeune homme polyhandicapé, qui a toujours montré une joie de vivre à toute épreuve, à souhaiter mourir, alors même qu’il est entouré et soutenu par une famille soudée et aimante? Pourquoi un homme, bien sous tout rapport dirons-nous, choisirait par la loyauté à son clan au détriment de la construction sa vie personnelle?

Tous les thérapeutes de la Terre pourraient répondre qu’il s’agit d’une forme de stress, de mémoire transgénérationnelle, de karma etc…Certes, le stress répété et prolongé peut nous conduire à faire des choix par défaut.

Oui, il existe des schémas qui semblent se reproduire à chaque génération, et, effectivement, le karma est une chose bien réelle qui nécessite un équilibrage. C’est d’ailleurs ce que font les médecins et thérapeutes de ce monde, chacun(e) avec leurs outils respectifs. Ils accompagnent la libération du stress, des mémoires familiales et/ou du karma. Et cela soulage les êtres qui en bénéficient. Par contre, çà n’explique pas pourquoi nous continuons à nous infliger notre becquée quotidienne de morosité ou d’auto-sabotage.

L’inversion massive, un phénomène méconnu

C’est le résultat d’une programmation relativement inconsciente de nos cellules, suite à un/des chocs traumatiques durables et/ou suffisamment répétés. C’est-à-dire que pour mieux se défendre contre les agressions extérieures à l’origine du stress, notre corps se met dans un mode « survie ». En d’autres termes, il peut en arriver à faire une croix sur le bonheur pour assurer notre sécurité. Il fait en sorte de limiter la casse, quoi!

Et c’est probablement une bonne chose, tant que nous sommes dans le contexte qui a vu naitre notre stress. Le problème c’est qu’à la faveur de la plasticité de notre cerveau et de nos cellules, ce qui était au départ une procédure d’urgence, peut devenir une habitude. Un comportement par défaut, qui nécessite d’être continuellement alimenté et validé dans l’expérience quotidienne.

En kinésiologie, nous nommons cela « inversion massive ». Cela veut dire que lorsqu’on interroge le corps (via le test musculaire) pour lui vérifier qu’il est dans de bonnes dispositions pour vivre le bonheur, l’abondance etc…, il répond par la négative. En bref, à la question « veux-tu être heureux(se)? » le corps répond NON tandis qu’il répond OUI à la question « veux-tu être malheureux(se)? » Incroyable non?!

Evidemment, c’est une chose qui peut être rétablie très simplement. Mais cela démontre l’incroyable capacité de notre corps à gérer ses priorités, et à faire des choix parfois cornéliens dans le silence le plus absolu. Je suis toujours émerveillée de constater à quel point notre matière, notre concret, nous soutien quoiqu’il arrive!

Et s’il y avait pire?

Très récemment, j’ai découvert un autre phénomène de taille, qui est malheureusement connu des initiés seuls pour le moment : les contrats que nous passons avant notre naissance. Car il y en a. Sophie Merle en parle très bien dans ses conférences en lignes ou ses publications. Elle a même écrit un livre – « Je commande » – qui est une vraie mine d’or de protocole accessibles à tous, pour mettre fin à ce type de contrats inconscients.

La plupart des protocoles de ce livre adressent des problématiques en lien avec les auto saboteurs, les liens transgénérationnels et/ou karmiques. Pourtant, aucun ne parle des sacrifices que notre Ame a dû faire pour obtenir le droit de venir sur Terre. Il me semble urgent de parler de ces contrats à présent. Il est temps pour toutes celles et ceux qui le souhaitent de s’en libérer maintenant.

Par conséquent, la suppression de notre « Contrat Primaire » est fondamentale. Pourquoi? Parce qu’il nous plonge dès notre arrivée dans une inversion massive, solidement ancrée. Inversion qui est – bien entendu – ignorée par notre science médicale actuelle. Pour décrire la situation de manière très concrète, c’est comme si notre voiture était réglée dès sa sortie de l’usine pour fonctionner à l’envers et à 10% de ses réelles capacités.

A titre d’exemple, ce « Contrat Primaire » a notamment une influence directe sur la qualité de notre vie intime et sentimentale ainsi que sur notre relation à l’ego…Ca te parle?

Reconfigurer notre « véhicule » pour l’abondance de la vie!

Alors, reprenons nos exemples du début à la lumière de ce gros spot fraichement sorti du placard! Comment un être déjà lourdement handicapé pourrait s’en sortir s’il devait cumuler cette inversion primaire, plus celle provoquée par l’absence de suivi médical pendant une période de confinement de disons 2 mois 1/2? Ce « contrat primaire » pourrait-il expliquer pourquoi un être fraichement arrivé ici-bas en arrive à se dire « qu’il faut du courage pour être dans la vie »?

Comment cette femme pourrait-elle vivre une vie sentimentale et sexuelle durablement heureuse si une force en elle lui intimait constamment l’ordre qu’il ne peut y avoir de sexe sans amour, tandis que ce même saboteur signifierait à son « cher et tendre » qu’il ne peut y avoir d’amour sans sexe? La négation de sa souveraineté pourrait-elle expliquer pourquoi cet homme n’arrive pas à positionner sa vie personnelle en priorité? Ces exemples sont criant de réalisme! Et pour cause, nous les expérimentons au quotidien, parfois même depuis l’enfance.

A présent, il est plus aisé de comprendre que nous luttons quotidiennement contre l’équivalent d’une armée, à mains nues! Pour finir, je t’encourage à te poser la question de toutes ces choses qui te desservent et que pourtant tu n’arrives pas à faire autrement. Que serais-tu prêt(e) à faire ici et maintenant pour t’en débarrasser?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

libero sed Nullam at neque. ut mattis elementum Praesent facilisis id, Donec